«Celui qui fait tout le parcours connaitra mieux la ville que beaucoup de Biennois.» Matthias Grütter, Concepteur du Stadt Parcours Bienne. Image: Peter Samuel Jaggi


Revue de presse

image-9585188-Logo.jpg
Images: Le Matin/Sébastien Anex

22.03.2019
Prêt pour un petit tour architectural à Bienne?
Matthias Grütter a mis en place divers parcours au travers de la ville de Bienne.

Par Vincent Donzé

La Coupole en miniature: haut-lieu alternatif depuis un demi-siècle, le dôme du Centre autonome de jeunesse possède une réplique miniature à la vieille-ville, à l'enseigne du designer Felix Mosimann, créateur d'objets de lumière à la place du Ring 13.

Au Bar Hasard de la rue de la Gare, café de style italien aménagé en 1993 par le constructeur métallique Jean-Marc Cuanillon dans une ancienne mercerie de 19 m2, ce qui l'a fait percevoir un temps comme le plus petit bar de Suisse.

Place Centrale, entre le M et le P de l'enseigne Campari, dont la lumière ne fonctionne plus et dont le R a été remplacé après avoir menacé de tomber, ce qui a nécessité l'intervention des pompiers, suite à quoi la lettre déposée dans le corridor de l'immeuble a été dérobée.

Entre ses doigts, sur la tour du Palais des Congrès construit en 1966 par l'architecte Max Schlup sur le modèle du siège des Nations Unies à New York, on distingue deux portes borgnes reliées par un escalier, sculpture en acier et en aluminium réalisée en 2009 par le duo d'artistes Lang & Baumann.

Dans la cour intérieure de la Maison Farel, autre réalisation de l'architecte Max Schlup, cette fois pour la paroisse réformée, avec une préférence pour le béton, l'acier, le verre et... l'eau, dans un bassin qui reflète bien l'esprit du temps, en 1959.

En route vers la Maison du Peuple et sa Rotonde, une maison en béton armé revêtu de briques rouges qui symbolise la ville ouvrière,

mais qui abrite désormais le conservatoire de musique, loin des préoccupations syndicales de 1932 et de la faillite de leur coopérative en 1975.

Méditation devant le boa organique en construction pour la marque horlogère Swatch, présenté comme un dragon par l'architecte japonais Shigeru Ban, lequel a travaillé à la rue Jakob-Stämpfli pour Omega avec une sensibilité écologique et l'emploi du bois.

Un abribus appelé champignon, à la place du Jura, avec les courbes chères en 1933 à l'architecte Ernst Berger, avec une cabine téléphonique recyclée en bibliothèque gratuite où chacun peur amener ou emporter un livre en français, en allemand ou dans la langue de son choix.

Ton sur ton, devant la ‹Jurahaus› qui a retrouvé en 2015 son bleu original de 1930, de manière à respecter l'héritage culturel plutôt qu'à correspondre aux goûts du jour, dans une ville qui s'est distinguée en ordonnant au propriétaire d'une maison peinte en orange de changer de ton...

Matthias Grütter travers la rue de la Gare, illustration magistrale du style Bauhaus, avec des appartements aux volumes généreux derrière des façades modestes et au rez-de-chaussée, des commerces qui respectent l'arrondi des vitrines en les mettant en valeur et d'autres pas.

Le Bauhaus est une école d'art, de design et d'architecture née en Allemagne qui célèbre cette année son centenaire et dont l'influence est encore grande, basée sur un manifeste fondateur à la croisée de dadaïsme, de l'expressionnisme, du constructivisme et de l'abstraction géométrique.

image-9613847-TeleBielingue.png
14.04.2019
Info Flash
Sur les traces du Bauhaus. Ce style architectural, né il y a 100 ans, a la cote à Bienne.
Lien pour l'émission (0:00 à 3:20)   http://www.telebielingue.ch/fr/emissions/info/2019-04-14       

image-9585188-Logo.jpg
GÉNIAL   Il s'improvise guide et dit tout son amour pour Bienne
Guide autoproclamé, sans soutien d'aucune sorte, Matthias Grütter présente tout ce qui fait de Bienne une ville exceptionnelle. «Le Matin» l'a suivi de surprise en surprise.
Par Vincent Donzé, 24.03.2019

Avec sa bécane estampillée «Stadt Parcours Biel», Matthias «Dadaïs» Grütter (55 ans) est captivant. Il s'est pris en main et invente un jeu de pistes, sorte de chasse aux trésors pour vanter les mérites de sa ville. Avec un faible pour l'architecture en général et le Bauhaus en particulier.
Le déclic s'est produit l'an dernier, à l'occasion d'une fête à organiser pour une famille éparpillée: «On m'a dit le dégoût ressenti pour Bienne, ville de drogués, de criminels et d'assistés. J'ai eu envie de corriger le tir, loin des stéréotypes», explique Matthias Grütter.

Attraction touristique
Résultat: un parcours jalonné d'énigmes dans des coins connus et des recoins méconnus, avec en guise de fil rouge un code jaune à trois chiffres. «Ca m'a pris un temps fou», rapporte Matthias Grütter. Tant qu'à faire, il a soigné les détails pour en faire une attraction touristique à 19 francs par participant. Son «Stadt Parcours Biel» ne bénéficie d'aucun soutien, et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Et pourtant, quel

ambassadeur! Matthias Grütter ne fait rien d'autre que vanter le charme de Bienne, ville Bauhaus par excellence: «Par modestie, on n'en fait pas tout un plat, mais aucune autre ville ne possède un tel potentiel», assure-t-il.

À pied ou à vélo
En partant du parc municipal pour aboutir à la rive du lac, Matthias Grütter guide des familles, des groupes et des classes, à pied ou à vélo, dans 24 endroits qui valent le détour. N'étant pas architecte, Matthias Grütter s'est documenté en consultant des architectes, des propriétaires, des bibliothécaires et des archivistes. Un travail minutieux qui a débouché sur une brochure intitulée «ArchitecTour - Découvrez le modernisme de Bienne».

Qualité de vie
«J'aime Bienne et sa qualité de vie exceptionnelle, surtout en matière culturelle», martèle Matthias Grütter, qui a découvert l'architecture en pratiquant la photographie. Le 12 avril prochain, il fêtera officiellement le centenaire du Bauhaus, lui qui vit dans un immeuble construit avant 1919.

image-9585059-Biel_Bienne.png
3/4 Avril 2019
Personen · Gens d'ici
Matthias Grütter, 55 ans, revisite l'époque moderniste de Bienne. Ce Soleurois de naissance a fait ses classes à l'ancienne École cantonale d'administration et des transports de Bienne: «Elle m'a permis d'accéder à la Poste, puis chez Swisscom». Dans les années 90, il a rendu visite au «Mausoleum», le squat derrière l'actuel Bielerhof. De là, sa vue portait sur l'architecture Bauhaus de la Rotonde et de l'Elite. «Bienne recèle une grande concentration de bâtiments urbains des années 30», révèle ce guide indépendant. Et d'expliquer que le


repositionnement de la gare en 1923 a fait place à un projèt urbanistique issu de cette école d'art. Le Bauhaus est né le 12 avril 1919, soit il y a 100 ans exactement. Tout au long de cette année, Matthias Grütter propose, entre autres, des visites baptisées «ArchitecTour» jalonnées de constructions, inscriptions, sculptures et détails d'une époque «où la fonction et la couleur primaient sur l'esthétique extérieure». Départ tous les jours depuis la place de la gare, de 9 à 18 heures.
image-placeholder.png
Canal 3 est la station de radio locale bilingue de la région biennoise.

21.03.2019 Bauhaus à Bienne
A l'occasion des 100 ans du Bauhaus, Matthias Grütter nous emmène à la découverte des bâtiments biennois issu de ce courant architectural.

21.03.2019 Journal du matin
Découvrez Bienne à travers l'école architecturale Bauhaus! à 2:20



image-9585137-Journal_du_Jura.w640.jpg
27.08.2018
A la recherche de codes secrets au coeur de la ville
Bienne   Matthias Grütter a imaginé un parcours jalonné d'énigmes qui conduit les participants aux quatre coins de la ville. Une manière de découvrir certains aspects méconnus de la cité seelandaise.

Par Carmen Stalder / traduction Marcel Gasser

Cherche le code jaune à trois chiffres près du Pavillon.

Telle est la première mission du Stadt Parcours Bienne, un parcours à travers la ville imaginé par Matthias Grütter. La balade emmène les participants à la découverte de places connues et de coins plus cachés de la cité seelandaise. Le but est de découvrir des codes secrets et de répondre à des questions. Au passage, on apprend une foule de choses sur la ville. Le départ a lieu dans le Parc municipal, en présence de l'initiateur de ce quiz urbain, Matthias Grütter, 54 ans.
Sur place et en personne, il explique aux participants le fonctionnement de toute l'affaire. Le parcours est jalonné de 24 points répartis dans toute la ville. Il s'agit tantôt de découvrir des lettres jaunes, tantôt de parvenir à reconstituer un code à partir d'une plaque signalétique ou de l'année de construction qui figure gravée sur la façade d'un immeuble. Une fois le code trouvé, on cherche alors dans la brochure conque par Matthias Grütter la question correspondante du quiz. A chaque point, il s'agit ainsi de découvrir la position du point suivant.

Tout ça pour la famille
C'est la perspective d'une fête familiale qui a donné lui l'idée de ce parcours à travers la ville. Dans quelques semaines, toute sa famille, à savoir und cinquantaine de personnes provenant de toute la Suisse, prévoir de se réunir à Bienne. Il fallait donc trouver une activité pour divertir ces oncles, tantes, père et mère, grands-parents, neveux et autres cousins. Mission délicate, car certains ne lui ont pas caché leur réticence à venir à Bienne. „Oui, quelques membres de ma famille se font une mauvaise image de la ville“, explique-t-il. „Alors je me suis dit que j'allais la leur montrer sous la forme d'un jeu de pistes.“
Il s'est rapidement avéré que son projet lui donnerait plus à faire qu'il ne l'avait imaginé. Car Matthias Grütter ne s'est pas contenté de placer

des points sur une carte: Il a récolté une foule d'informations d'ordre historique, culturel, politique ou architectural relatives à tous les endroits sélectionnés.

Trois mois de travail
Tout ce qui touche à la vie des Bionnois lui a paru digne d'intérêt. „Cela m'a pris trois mois, car il a fallu faire des recherches dans les livres et sur internet. Souvent même j'ai dû parler avec les gens du coin et procéder par recoupement“, poursuit-il.

Au pied de la statue en fer se trouve une clé à molette, sur laquelle figure un nom. De quel nom s'âgit-il?

Parfois le parcours pose une question. Parfois les lettres jaunes sautent aux yeux, parfois la recherche dure un peu plus longtemps, mais le quiz ne plonge personne dans le désespoir. Même les enfants peuvent participer au parcours et y prendre du plaisir. Depuis ce printemps, plus de 40 amis de Matthias Grütter ont testé son parcours. „Je n'ai eu que des retours très positifs“, précise-t-il.

A pied ou à vélo
L'offre s'adresse aussi bien aux Biennois qu'aux visiteurs de l'extérieur. Sans parler des classes d'école. Le tour peut s'effectuer à pied ou à vélo.

Sur la partie gauche du port de petite batellerie, au bout du quai, tu trouveras ce que tu cherches.

Entre la ville et le lac, la balade de trois heures permet de découvrir les charmes de Bienne, „une ville qui offre une qualité de vie exceptionelle“. La tribu des Grütter se retrouvera donc bientôt au Pavillon avec, espérons-le, une meilleure image de la ville de Bienne.